Ce programme vise la formation de traducteurs généralistes. À la fin de ses études, l'étudiant a une parfaite maîtrise du français international de même que de l'anglais. Il peut parler, écrire et comprendre les deux langues correctement et clairement.

Durant ses études, le candidat s'entraîne aux mécanismes de la traduction de l'anglais, du français et éventuellement d'une troisième langue et utilise des ouvrages de référence. Il développe une culture générale solide de même qu'une base de spécialisation.

Source : Guide pratique des études universitaires au Québec, éd. 2012, SRAM, p. 319.


Profession liée :

Traducteur

Personne qui transpose un texte écrit d'une langue dans une autre en vue de transmettre avec le plus de fidélité et de transparence possible le message qu'il contient, et ce, dans le respect des règles de la langue dans laquelle le texte est traduit.

Tâches :

  • Lit et analyse le texte à traduire en vue de comprendre le sujet et de bien saisir son sens original.
  • Traduit fidèlement le texte (ex. : lettre, rapport, document juridique, devis descriptif, manuel, site Web, etc.) d'une langue à une autre en se servant de sa connaissance de la langue et des termes spécialisés.
  • Choisit les termes utilisés et trouve les mots et phrases appropriés afin de respecter le sens original du texte ou l'idée de l'auteur.
  • Effectue les recherches nécessaires pour traduire des termes et des documents techniques, professionnels ou scientifiques.
  • Consulte des spécialistes des domaines considérés pour valider des notions spécialisées.
  • Exécute des recherches documentaires et terminologiques pour la préparation de glossaires, de fichiers de termes spécialisés et de services de documentation.
  • Révise et corrige, au besoin, le texte traduit et en fait la lecture d'épreuve.
  • Forme, s'il y a lieu, d'autres traducteurs et peut réviser, le cas échéant, leurs travaux.
  • Conseille sur les questions linguistiques.

Source : Repères


Perspectives d'emploi

La demande de traducteurs a connu une véritable explosion au cours des dernières années et elle est appelée à croître encore davantage.

Les meilleures perspectives se dessinent du côté des entreprises exportatrices, qui doivent traduire leur documentation dans la langue des pays avec lesquels elles font des affaires : industrie aérospatiale, transports, services aux entreprises, industrie pharmaceutique, télécommunications, services financiers, technologies de l'information, etc. À cela s'ajoutent, bien entendu, les organisations internationales.

Les traducteurs exercent leur profession comme travailleurs autonomes ou au sein d'organisation, comme :

  • Administration publique
  • Entreprises ayant leur propre service de traduction
  • Cabinets privés ou bureaux d'avocats
  • Agences de publicité
  • Maison d'édition
  • Stations de radio et de télévision.

Source : Guide des lettres et sciences humaines, Université de Montréal, p. 30.


Universités offrant le programme :

Pour plus d'information

Rencontrez la conseillère en information scolaire et professionnelle au local S-207.
Lundi au jeudi : 9 h à 12 h et 13 h à 16 h
Vendredi : 9 h à 12 h